preload
2015 18
juin

commissionVous trouverez ici le lien vers le questionnaire lancé à l’initiative de la « DG Connect » à destination des traducteurs. Il fait partie d’une étude plus vaste sur la rémunération des auteurs en Europe. Malgré l’intense lobbying de l’AVTE (AudioVisual Translators Europe) pour que ce questionnaire corresponde à nos profils, vous verrez que les questions sont parfois mal formulées et ne permettent pas de répondre exactement comme nous le souhaiterions. Nous vous invitons tout de même à répondre au mieux. Si vous disposez de peu de temps, concentrez-vous sur les questions obligatoires, cela ne prend que quelques minutes. Et si vous butez sur une question, n’hésitez pas à contacter Estelle Renard par mail (estelle@ataa.fr), qui est secrétaire de l’AVTE et a suivi le dossier.
Les nombreux allers et retours (peu satisfaisants) avec l’institut Europe Economics qui a conçu ce questionnaire, ont pris énormément de temps. La date butoir a été repoussée spécialement pour nous au 21 juin.

Partout en Europe, le droit d’auteur est grignoté, souvent ignoré, parfois même contesté. Alors montrons que nous sommes là et répondons en masse à ce questionnaire !

https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/QuestionnaireforTranslators

Note 1 : le questionnaire est disponible en français, cliquez en haut à droite de la page.
Note 2 : les deux questions portant sur les « droits principaux » et les « droits subsidiaires » sont un peu obscures. Par pourcentage, il faut comprendre le pourcentage de vos revenus annuels. Les « droits principaux », c’est la prime à la commande, soit le montant de votre NDA. Les « droits subsidiaires », ce sont globalement les droits versés par la SACEM et la SCAM.

2015 12
juin

CaptureL’Assemblée générale annuelle de la Sacem aura lieu le mardi 16 juin 2015 à 14h30 au siège de la Sacem à Neuilly-sur-Seine.

Si vous ne pouvez pas vous y rendre, vous pouvez voter en ligne jusqu’au 15 juin à 12h. Pour cela, rendez-vous dans votre espace membre pour découvrir les candidats, l’ordre du jour de l’Assemblée générale et les modalités de vote.

2 autres possibilités de vote :
- par correspondance pour les sociétaires professionnels et définitifs jusqu’au 15 juin à 12h au plus tard,
- sur place le 16 juin de 13h à 16h.

À noter parmi les candidatures, celle d’une auteur de doublage, Emmanuelle Ogouz, à la commission de la protection intellectuelle.

Faites entendre votre voix !

2015 04
juin

Salon LivreÀ voir ou à revoir : au Salon du Livre 2015, sur le stand Place des Auteurs, la traductrice-adaptatrice Isabelle Audinot évoquait le travail de sous-titrage du film Anna Karénine réalisé par Joe Wright et sorti en 2012. Une rencontre animée par Valérie Julia.

Tous les extraits sur la chaîne YouTube de l’ATAA : https://www.youtube.com/watch?v=gc5MPPU_kmY&index=1&list=PLmruWnCncPYY-InIyWTPxECfCLBjqKh7p

2015 04
mai

SFIFF58_Borger_BannerImage_729x317C’est à Lenny Borger qu’est attribué cette année le Mel Novikoff Award au Festival international de cinéma de San Francisco. Ce prix est décerné par la San Francisco Film Society à un individu ou une institution dont le travail a contribué à faire connaître le cinéma mondial.

Notre confrère Lenny Borger a sous-titré vers l’anglais plus de cent films, notamment de nombreux classiques du cinéma français comme Quai des Orfèvres, Les Enfants du paradis ou L’Armée des ombres. C’est aussi un historien, un critique et un formidable sauveur de films perdus. Le Festival de San Francisco présente ainsi grâce à lui Monte-Cristo, un grand film muet de 1929.

MonteCristo_Filmpage_476x286

Organisme prestigieux et dynamique, la San Francisco Film Society participe depuis plus de cinquante ans à la culture cinéphilique sur la côte Ouest. Et le prix Mel Novikoff a précédemment été attribué à Serge Bromberg, aux Cahiers du Cinéma et à l’Institut Lumière.

Scott Foundas, du magazine Variety, décrit Lenny Borger comme « une sorte de passeur, capable de capter l’esprit linguistique d’un film et de lui redonner vie pour les spectateurs de langue anglaise dans le monde entier ».

Pour plus d’informations : http://www.sffs.org/sfiff58/engage/meet-our-awardees/mel-novikoff-award-lenny-borger

2015 24
avr

Marché-du-Film-logoLes traducteurs et adaptateurs de l’audiovisuel seront présents à Cannes du 13 au 24 mai pour la 68e édition du Festival international du film !

À l’initiative de son groupement Audiovisuel, le Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs tiendra pour la première fois une permanence au Palais des festivals aux côtés des autres organisations professionnelles : Niveau 01, Allée 13, Bureau 17, pendant les heures ouvrables du Marché du Film. Cette permanence sera mutualisée avec les représentants du groupement Musique à l’Image et ceux du Doublage / Sous-titrage.

Dans la deuxième semaine du festival, quatre tables rondes interprofessionnelles auront lieu sur le Pavillon du Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur, en partenariat avec le Commission du Film PACA : Pavillon No215, Village Pantiéro, à cinq minutes à pied du Palais des festivals. L’entrée sera libre, mais pour une meilleure organisation, vous pouvez vous inscrire en suivant ce lien : http://goo.gl/forms/XHc4HJnxp

CALENDRIER DES TABLES RONDES DU SNAC

LUNDI 18 MAI 2015 – 14:30 à 16:30

Table ronde co-organisée par le SNAC & la SRF – Société des Réalisateurs de Films
LIBERTE DE CREATION – CENSURE & AUTOCENSURE
«
Enjeux & Réalités»

MARDI 19 MAI – 13:00 à 14:30

Table ronde co-organisée par le SNAC, l’ATAA – Association des Traducteurs et des Adaptateurs de l’Audiovisuel et l’ASIF – Anglo Subtitlers in France.
QUE SERAIT LE FESTIVAL DE CANNES SANS SOUS-TITRES ?

MERCREDI 20 MAI 2015 – 13:30 à 15:30

à l’initiative du SNAC & de l’AFPF – Association Française des Producteurs de Films
LANCEMENT OFFICIEL DE LA CONVENTION INITIALE ENTRE AUTEURS
« Établissant la généalogie des œuvres en l’absence de producteur »

JEUDI 21 MAI 2015 – 16:00 à 17:30

Table ronde co-organisée par le SNAC & l’UCMF – Union des Compositeurs des Musiques de Films
PRODUCTION & EDITION DE MUSIQUES DE FILMS
« Etat des lieux & perspectives »

L’intégralité des tables rondes sera filmée par des étudiants de dernière année de l’école du CADASE de Toulon. Elles seront restituées sur le nouveau site du SNAC, fin juin, dès qu’il sera en ligne.

Pour contacter le Groupement Audiovisuel à Cannes : snac.organisation.cannes@gmail.com

Au plaisir de vous y rencontrer !

2015 23
mar

unnamedDes historiens du cinéma et de la traduction cinématographique, ainsi que des responsables d’archives du film et de cinémathèques du monde entier seront réunis les 21 et 22 mai prochains à la British Academy à Londres, pour une conférence intitulée « “Splendid Innovations”: The Development, Reception and Preservation of Screen Translation », au cours de laquelle ils débattront de questions variées sur le thème du développement, de la réception et de la conservation de la traduction cinématographique.

Organisée par Carol O’Sullivan, chercheuse à l’Université de Bristol et auteur de Translating Popular Cinema, et Jean-François Cornu, traducteur et chercheur indépendant (Le doublage et le sous-titrage: Histoire et esthétique), cette conférence est généreusement soutenue par la British Academy for the Humanities and Social Sciences et se déroulera dans ses locaux londoniens de Carlton House Terrace.

C’est la première fois qu’un événement de ce genre réunira à la fois historiens du cinéma, traducteurs, chercheurs en traduction cinématographique et responsables de cinémathèques pour s’intéresser à toutes les formes de traduction des films, durant la période de transition du muet au parlant. C’est pourquoi il sera aussi bien question de l’adaptation des intertitres des films muets que des premières versions sous-titrées et doublées du cinéma parlant.

La liste des participants et le programme complet, ainsi que les modalités d’inscription, sont disponibles ici : http://www.britac.ac.uk/events/2015/Splendid_Innovations.cfm

En outre, la soirée du 21 mai (ouverte à tous et gratuite !) sera consacrée au phénomène des benshis, les bonimenteurs japonais du cinéma muet, à l’occasion d’une projection de films, animée par le grand benshi japonais Kataoka Ichiro (pour en savoir plus et s’inscrire : http://www.britac.ac.uk/events/2015/Screen_Translation.cfm).

Le nombre de places étant limité, il est conseillé de réserver au plus vite tant pour les deux jours de la conférence que pour la soirée du 21 mai (inscriptions séparées).

2015 23
fév

La réforme des retraites, en cours de discussion, aura un impact fort sur notre avenir et sur nos revenus. Les auteurs ont jusque-là assez peu fait entendre leur voix, on ne sait donc pas vraiment ce que vous en pensez.

L’ATAA vous propose un petit sondage afin de connaître votre opinion et de pouvoir réagir auprès des décideurs en toute connaissance de cause. Prenez quelques instants pour y répondre !
https://docs.google.com/…/11wkqdt368uYcwyjjLkz3oNA…/viewform

Pour plus d’informations, consultez aussi nos billets précédents sur le sujet.

2015 14
jan

2014 17
déc

image texte logicielsDans un contexte d’évolution technologique rapide, sur laquelle les auteur(e)s ont très peu prise, l’ATAA estime utile d’inviter ses adhérents à réfléchir sur nos rapports avec les éditeurs de logiciels.

Tout comme les prestataires techniques auxquels nous avons affaire dans le cadre de notre activité, les éditeurs de logiciels destinés au sous-titrage ou au doublage poursuivent des objectifs commerciaux. Au-delà des différents discours visant à faire la promotion de leurs produits, il nous semble d’abord important de garder à l’esprit le fait que ces sociétés travaillent avec l’objectif exclusif de réaliser des profits.

Il peut parfois sembler que les intérêts économiques de ces sociétés et ceux des auteurs convergent, notamment à travers le développement de nouveaux outils présentés comme facilitant notre travail. Néanmoins, l’ATAA rappelle que ces nouveaux outils sont développés, certes parfois en concertation avec des auteur(e)s, mais aussi, et cette fois systématiquement, en concertation avec les prestataires techniques, dont le seul objectif est également de maximiser les profits en réduisant les coûts.

Ainsi, il n’aura échappé à personne que les logiciels de doublage, au-delà de leur utilité et de leur efficacité objectives, ont permis aux prestataires d’obliger certains auteurs à effectuer leur détection, souvent au mépris du droit du travail, lorsque les tâches techniques sont rémunérées en droits d’auteur. De même, des postes comme la calligraphie ont été totalement supprimés. Plus globalement, les tentatives d’automatisation de certains aspects de notre travail tendent à faire oublier qu’il est avant tout intellectuel et créatif, et à justifier de nouvelles pressions sur les tarifs.

Il ne s’agit pas ici de remettre en cause la numérisation de notre chaîne de travail, ce qui serait absurde, mais de rappeler que la création de nouveaux outils a des conséquences concrètes, difficiles à prévoir et irréversibles sur les conditions de travail de l’ensemble de la profession. Et l’histoire montre que ces conséquences sont loin d’être toutes positives, pour la raison simple que ces outils ne sont pas développés dans l’intérêt de la communauté des auteurs, ou de la qualité des adaptations, mais avec l’objectif de générer des profits pour les éditeurs, en vendant des logiciels, et pour les prestataires, en permettant de réduire les coûts.

Les auteur(e)s ont bien sûr toute légitimité à participer, de manière bénévole ou non, au développement de logiciels. Cependant, en tant que représentante de la profession, l’Ataa estime que de telles collaborations doivent se faire en pleine conscience des réalités rappelées ici, et en gardant également à l’esprit que les éditeurs sont en concurrence, souvent féroce, les uns avec les autres. Il semble enfin essentiel de prendre en compte les risques juridiques liés à l’utilisation de tels outils, notamment au regard du droit du travail (problème du mode de rémunération des détections et repérages, qui ne relèvent pas du droit d’auteur, par exemple). Ainsi, au-delà des bénéfices immédiats et individuels que peuvent représenter de telles collaborations, il nous semble essentiel de considérer le long terme et l’ensemble de la profession avant de répondre aux sollicitations de sociétés privées dont les objectifs et les intérêts, légitimes ou non, ne sont pas les nôtres.

L’ATAA, qui maintient depuis sa création la plus stricte neutralité vis-à-vis des prestataires et des éditeurs, reste à la disposition des adhérents qui souhaitent explorer plus avant ces questions ou qui désireraient savoir comment réagir aux sollicitations des éditeurs.

2014 12
déc

Comment adapter

BiTS, le web-magazine des cultures geek diffusé sur le site d'Arte

« Comment adapter les termes d’un univers imaginaire étendu lorsqu’on ne connaît pas toutes les intentions de son auteur ? Traduisons et recollons les morceaux. »

Le nouvel épisode du magazine BiTS s’intéresse entre autres à la traduction audiovisuelle !

L’émission :
http://bits.arte.tv/fr/episode/traducteur-translator

Le bonus, avec Anaïs Duchet :
https://www.youtube.com/watch?v=PzygEWDprSg

BiTS