preload
Retour sur Inglourious Basterds
2. Le doublage de la première scène
L’Ataa sur France Culture (dimanche 17 juin à 12h)
2012 07
juin

the prosperous translator

Voici une troisième chronique issue de l’ouvrage de Chris Durban The Prosperous Translator, traduite cette fois par Karine Rybaka. Le texte original en anglais est à la suite.

Pour retrouver toutes les chroniques traduites, cliquez ici. Une quatrième sera publiée très prochainement !


Question :


Chères Fourmi de feu et Abeille ouvrière,


L’université au sein de laquelle je travaille reçoit de plus en plus de demandes en provenance d’entreprises locales, qui souhaitent faire traduire leurs manuels d’utilisation, sites internet, etc., par nos étudiants.

Nos étudiants sont sérieux et motivés, et nous savons qu’ils sont destinés à faire de grandes choses. Mais nous savons également que la traduction est une profession exigeante, et nous pensons que ces entreprises sont très mal informées si elles imaginent que des étudiants peuvent produire un travail professionnel.

Comment pourrions-nous en informer ces entreprises, tout en gardant la porte ouverte pour des stages (que nos étudiants ont toujours du mal à trouver dans notre coin perdu) ?


Universitaire



Réponse :


Cher Universitaire,


Pour commencer, nous vous disons bravo ! Coin perdu ou pas, vous êtes parvenu à repérer la pente savonneuse sur laquelle de nombreuses écoles de traduction prestigieuses ont déjà glissé sans avoir su l’identifier. Un certain nombre d’entre elles dérapent même carrément, trop contentes de transmettre ces demandes à leurs associations d’étudiants, ou d’en faire des sujets de cours.

La confiance si touchante, mais si peu réaliste, que ces écoles ont dans les capacités de leurs étudiants n’a rien à voir avec leur enseignement – encore que, si leur but est d’informer leurs élèves des réalités du marché de la traduction, leur enseignement laisse peut-être à désirer.

Comme vous le remarquez si justement, le fait est qu’un travail d’étudiant ne peut pas être professionnel.

Pour citer un confrère : « Combien d’hommes ou de femmes d’affaires demanderaient à un étudiant en droit de traiter un contentieux sérieux ? Combien de patients consulteraient un étudiant en médecine pour une opération à cœur ouvert, et combien de professeurs en école de médecine soutiendraient une telle pratique avec enthousiasme, afin que leurs élèves puissent “acquérir une expérience professionnelle” ? On peut aller voir un étudiant en école dentaire pour un détartrage, mais pour dévitaliser une dent, les risques sont un peu élevés. »

De notre point de vue, la traduction d‘un site internet ou d’un manuel de sécurité équivaut plutôt à un travail de dévitalisation.

Et, outre les risques encourus par les entreprises, le fait de suggérer (ou confirmer) à un client potentiel qu’il devrait passer par un étudiant finira par nuire à la profession : une fois l’étudiant diplômé, il sera retrouvera sans travail, puisque les étudiants traduisent aussi bien (et pour moins cher).

Veuillez excuser cette diatribe. Vous nous avez demandé des conseils, voilà nos recommandations :

  • Remerciez les entreprises pour l’intérêt qu’elles vous portent et donnez-leur un exemplaire de la brochure « Traduction : faire les bons choix », disponible dans plusieurs langues et téléchargeable gratuitement sur le site de la Fédération internationale des traducteurs (http://www.fit-europe.org). La brochure est également distribuée en format papier par de nombreuses associations de traducteurs. Si vous fournissez la version papier, nous vous conseillons de corner la page « Faire appel à un copain prof ? Très risqué », qui évoque aussi les étudiants en traduction.

  • Recommandez à ces entreprises de contacter l’association de traducteurs de votre pays afin de trouver un traducteur qualifié (la plupart des associations disposent d’un annuaire en ligne).

  • Toutefois, suggérez l’idée que votre établissement aimerait confier à un étudiant la tâche de suivre le projet, rédiger un rapport et peut-être établir un glossaire pour l’entreprise.

C’est le meilleur moyen pour qu’un étudiant mette un pied dans le monde du travail, et c’est bien moins risqué pour les clients.


FF & AO



————————-


Q:


Dear Fire Ant & Worker Bee,


The university I work at has been getting an increasing number of requests from local businesses for translations of their manuals, websites and the like. They want these documents to be translated by our students.

Our students are hard-working and dedicated, and we think they are destined for great things. But we also know how demanding professional translation is, and we think these businesses are very ill-informed if they imagine that professional work can be produced by students.

Can you suggest a response that informs the businesses of this, and if possible keeps the door open for internships (which our students have a hard time finding in this backwater)?



Academic


A:


Dear Academic,


Three cheers for you! Backwater or not, you’ve identified a slippery slope that many of the most prestigious translation schools have yet to acknowledge. A number even slither gleefully down the incline and off the precipice by passing such queries on to their local student association or adopting them as class projects.

This genuinely touching but utterly unrealistic faith in their students’ abilities has nothing to do with their teaching (well, maybe yes, if the point is to impart information on how the translation market works out there in the real world).

As you so aptly note, the real point is that student work is not professional work.

To quote a colleague: « How many businesspeople would ask a law student to handle a major litigation? How many patients would go to a medical student for open-heart surgery, and how many medical school instructors would enthusiastically endorse the practice so that the student could ‘get some professional experience’? It’s fine to go to the local dental school if all you want is a cleaning, but if you need a root canal, the risks far outweigh the benefits. »

In our view, a website or a safety manual is a root canal job.

And aside from the risk to clients, suggesting (or confirming) that the first port of call for a translation buyer should be students ends up working against translation schools’ own graduates once they get out in the world: translation is something students do (at student prices), right?

Forgive the rant, you asked for advice. Here’s what we recommend:

  • Thank the companies for their enquiries and give them a copy of « Translation, getting it right », a brochure available in a number of languages and downloadable for free from the FIT-Europe site at http://www.fit-europe.org (look for « brochures »). It is also distributed in paper format by many professional associations. If yours is a paper copy, you might fold it open to the page entitled « Teachers & academics: at your peril »; this discusses student work, too.

  • Recommend that these businesses contact your country’s national translators’ association to find a qualified translator (most associations have online directories).

  • But suggest that your establishment would very much like to assign a student to track the project, write up a report, and perhaps develop a glossary for the company as part of the assignment.

There is no better way for learners to dip a toe in the professional world, and this is far less risky for clients.


FA & WB


Extrait de The Prosperous Translator: Advice from Fire Ant & Worker Bee, compiled and edited by Chris Durban, FA&WB Press, 2010


Commentaires fermés.