preload
Prix du sous-titrage et du doublage : auteurs et films en lice Statut des sous-titreurs S&M
2014 27
jan

Ceremonie ATAA BD-9Jamais deux sans trois

Pour la troisième année, l’ATAA organisait sa cérémonie de remise des prix, le 24 janvier ; la troisième pour le sous-titrage, la deuxième pour le doublage. Dans un contexte économique parfois difficile pour la filière, et alors que la conception française du droit d’auteur subit des assauts répétés, l’ATAA représente les professionnels de la traduction audiovisuelle et œuvre à faire connaître leurs métiers.

C’est donc à la Fémis, cadre désormais traditionnel de cette manifestation, qu’un public nombreux de cinéphiles, et de professionnels de la traduction, de la distribution et de la production a assisté à cet événement mettant en lumière ces travailleurs de l’ombre, trop rarement salués, que sont les auteurs de doublage et de sous-titrage, pour qui les deux règles d’or sont le respect des œuvres originales et de la langue française.

Demandez le programme !

En doublage comme en sous-titrage, l’éclectisme était au rendez-vous : les sélections réunissaient des films aussi différents que The Bling Ring, No, Diaz, un crime d’État ou encore Hôtel Transylvanie. À noter également, la présence d’un documentaire, genre de plus en plus présent dans les salles obscures, Free Angela.

Pour les longs métrages en lice pour le prix du doublage (liste complète sur http://www.prix-ataa.fr/?p=185), le jury, composé d’auteurs, d’un distributeur et d’une directrice artistique, a évalué les adaptations sur trois critères principaux : la fidélité à l’original, le synchronisme et le naturel des dialogues français. Il a attribué deux récompenses, une pour un film d’animation et une pour un film en prises de vue réelles. Dans la première catégorie, Agnès Dusautoir a été distinguée pour son travail sur le dessin animé Epic, la bataille du royaume secret (20th Century Fox France) dont elle a su restituer le charme et la poésie subtils. Dans la seconde, le prix est revenu à Pierre Arson (Django Unchained, distribué par Sony Pictures Releasing France) dont l’adaptation créative, malicieuse et jubilatoire épouse à merveille l’univers déjanté du film.

EpicDjango

Deux catégories également pour le prix du sous-titrage : films anglophones et non anglophones (liste complète sur http://www.prix-ataa.fr/?p=212). Le jury, composé d’auteurs, d’une distributrice et d’une productrice, a considéré pas moins de 150 films, sur des critères tels que qualité et naturel du texte français, respect des registres et niveaux de langue, fidélité à l’original, orthographe, fluidité et lisibilité. Dans la catégorie « film anglophone », le prix est revenu à Michèle Nahon (Blue Jasmine) qui a expliqué que cette expérience avait été un long bonheur, en particulier grâce à la confiance d’un distributeur (Mars Distribution) lui ayant permis de travailler dans de très bonnes conditions. Le prix du film non anglophone a été attribué à Joël Chapron pour son travail sur The Major (Zootrope Films), long métrage russe. L’auteur s’est dit encouragé par ce prix à continuer de prêcher la bonne parole en Russie, où il est installé une partie de l’année, auprès des distributeurs locaux afin qu’ils confient leurs sous-titrages (une forme de traduction audiovisuelle encore peu répandue en Russie) à des professionnels.

Blue JasmineThe Major

Après la cérémonie et autour d’un verre, les lauréats et le public ont échangé leurs impressions. À l’évidence, elles étaient des plus satisfaisantes, puisque beaucoup attendent déjà avec impatience l’édition 2015 !

(crédit photo : Rémi Poulverel)

Commentaires fermés.