preload
2017 12
avr

NETFLIX ET LA PLATEFORME HERMES –

COMMUNIQUÉ OFFICIEL DE L’ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET ADAPTATEURS DE L’AUDIOVISUEL

index

L’ATAA se réjouit que Netflix reconnaisse l’importance de traductions qui ne trahissent pas les œuvres originales en rappelant dans son communiqué que le travail des professionnels de l’adaptation audiovisuelle « touche des millions de gens dans leur vie quotidienne ».

À ce titre, l’ATAA insiste sur le fait que l’adaptation audiovisuelle est un travail d’auteur qui demande des années d’études et un solide savoir-faire, et qu’être un professionnel de la traduction n’exclut pas d’être fan de séries, bien au contraire ! Par contre, parler couramment une ou plusieurs langue(s) étrangère(s), ou même être réellement bilingue, ne suffit pas à faire un bon traducteur-adaptateur.

Le communiqué publié par Netflix précise que le test s’adresse aux professionnels du secteur, dans un but de rétablir le lien direct entre le diffuseur des œuvres (Netflix) et les auteurs d’adaptations audiovisuelles. Le test Hermes a donc été conçu avant tout pour constituer une base de données de professionnels sans passer par le filtre habituel des prestataires techniques (laboratoires de post-production).

Il existe toutes sortes de ces prestataires, en France et à l’international, avec des exigences et des tarifs très disparates. L’ATAA milite depuis plus de dix ans contre ceux qui, en imposant des tarifs trop bas et des délais trop courts à des traducteurs souvent inexpérimentés, produisent des sous-titres de niveau non professionnel, bien loin de la qualité à laquelle les spectateurs français sont habitués.

Nous espérons que cette démarche de Netflix permettra d’améliorer la situation. Mais cela suppose bien sûr de donner aux auteurs de sous-titrage les moyens de travailler dans de bonnes conditions et de continuer à vivre de leur métier. Dans le cas contraire, si la chute des tarifs et le raccourcissement des délais se poursuivent, et si les médias français continuent de laisser croire que n’importe qui peut s’improviser traducteur, la qualité continuera de s’effondrer. C’est pourquoi l’ATAA restera vigilante quant aux suites de cette campagne et à ce que Netflix proposera aux adaptateurs recrutés. Nous regrettons d’ailleurs que la plateforme envisage de laisser à un algorithme le soin de choisir ses auteurs, comme si une adaptation audiovisuelle était purement quantifiable et non un travail de création.

L’ATAA reste cependant confiante dans la volonté de Netflix de fournir à ses spectateurs des sous-titrages de qualité. En effet, Chris Fetner, directeur des partenaires multimédias chez Netflix, a récemment rencontré AudioVisual Translators Europe (AVTE, qui regroupe à l’échelle européenne les associations nationales de traducteurs, dont l’ATAA). Monsieur Fetner a exprimé le souhait d’instaurer un dialogue continu avec les traducteurs audiovisuels en Europe, dialogue qui devrait se poursuivre lors de l’Assemblée Générale de l’AVTE, le 9 juin à Paris.

Créée en 2006, l’Association des traducteurs-adaptateurs de l’audiovisuel regroupe près de 300 professionnels du sous-titrage, du doublage et du voice-over. Elle a pour objectifs d’unir les traducteurs de l’audiovisuel en promouvant l’échange et le dialogue, de défendre leurs intérêts économiques, d’œuvrer à la reconnaissance de la profession et de rendre visible l’importance culturelle de la traduction audiovisuelle.